AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (M) JAMES FRANCO ▲ all that time wasted

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: (M) JAMES FRANCO ▲ all that time wasted   (M) JAMES FRANCO ▲ all that time wasted EmptyMer 10 Oct - 13:32


PRÉNOM P. NOM au choix
FEAT. James Franco (très largement négociable)
NOM : au choix. ▲ PRÉNOM : idem. ▲ ÂGE : je le voyais plus vieux que Maddlyn, après à vous de voir si il était déjà prof quand elle est arrivée (à 18 ans), ou si il était encore élève, et est devenu depuis le temps prof. ▲ OCCUPATION : professeur. ▲ 5 TRAITS DE CARACTÈRES : → Observateur. C'est son truc, à lui, de regarder les gens et de tirer des conclusion. C'est comme qu'il s'est intéressé à elle, d'ailleurs. Elle, les gens, elle en a rien à foutre. Lui, il est parfois - un peu trop souvent - le médiateur entre elle et le monde extérieur. Et grâce à son sens de l'observation, il sait qu'elle cache quelque chose.
→ Sociable. C'est la plus grande qualité qu'il a. Il n'a pas peur de parler aux gens, et se fait facilement des amis, sans forcément avoir à s'adapter aux gens ni à se dévoiler beaucoup.
→ Diplomate. Peut-être que ça va de paire avec la sociabilité, mais il parvient toujours à trouver des terrains d'entente, afin d'avoir ce qu'il veut, quitte a faire des compromis pas toujours très nets
→ Hypocrite. Une hypocrisie parfois apparente, parfois totalement masquée, mais il évite de trop se mouiller et s'opposer aux autres. Pas dans l'optique d'être accepté dans un troupeau et de pouvoir suivre comme tout le monde, mais plutôt afin de pouvoir mieux affirmer son pouvoir par la suite.
→ Persévérant. Ce qui apparaît comme une qualité aussi bien que comme un défaut, lorsque cette persévérance tourne à l'obsession. Comme Maddlyn. Il sait qu'elle lui cache quelque chose, qui la pousse à être là, parce qu'il croit pas à ses conneries de coup de foudre, et c'est pas que pour ses beaux yeux qu'elle est là, même si c'est dur parfois de devoir l'admettre.▲ SIGNES PARTICULIERS : au choix. ▲ GROUPE : public ennemies. ▲ POUVOIR (si mutant): au choix.
RELATION AVEC LE PERSONNAGE
EXTRAIT DE MA FICHE ;
Citation :
« Et maintenant, tu vas faire quoi ? ça fait plus de quatre ans que t'es ici, Lyn, un jour ou l'autre ils vont te demander de te bouger. » La légende qui dit qu'il n'y a que les femmes qui parlent après l'amour, rompant la douce quiétude qui nous envahit, est totalement fausse. Je ne peux pas vraiment me plaindre, cependant. Ce mec est le seul qui vaut vraiment le coup, d'entre ceux que j'ai connu. J'en ai pas connu des tonnes, c'est sûr, mais ce qu'on ressent l'un pour l'autre s'apparente à l'amour. Même si c'est beaucoup plus malsain que ça. Quand on se dispute, c'est moi qui finit par partir, puis par revenir. Quand on rompt, c'est l'inverse. Je me plais à penser que j'exerce une sorte de pression sur lui, que je suis capable de le rendre heureux ou exécrable. Je me surprends parfois à envisager ma vie auprès de lui. Dans ces cas-là, je me secoue. Je ne peux pas, tout simplement. Mais il a raison. ça fait quelques années que je suis là, et même si c'est confortable d'avoir le gite et le couvert gratuitement, je sais qu'il y aura un jour une contrepartie que je ne pourrais surement pas payer. Je partirais lâchement, surement, dans ce cas. Peu m'importe, je ne suis plus à ça près.
J'évite de le regarder, ne sachant quelle réponse il attend de moi. Est-ce qu'il parle d'un avenir où on serait tous les deux ensemble, ou juste de ce que moi, je pourrais -je voudrais ? - faire ? Je ne lui ai toujours pas dit ce que je cherchais depuis qu'on s'est rencontré ; d'ailleurs, personne ne le sait, même si je suppose que la directrice en a une petite idée... N'ayant pas envie de parler de ça maintenant, je décide d'opter pour une réponse débile. « On va se marier, avoir des bébés et élever notre gentille petite famille dans une belle maison où on sera tous très heureux. » Il rit de mon sarcasme. Il ne m'a jamais prise au sérieux, et c'est une des raisons qui explique mon attachement à lui. Les autres pensent toujours que je couve quelque chose de grave, qu'il faut que je voies des psy à la con ou que je leur raconte toute ma vie. C'est pour ça que j'ai arrêté de bosser. On ne m'a jamais rien dit, jusqu'ici.
Il grimace, et se relève sur un coude pour m'observer. Son visage est sérieux, un peu trop, même. « Qu'est-ce que tu cherches, Maddlyn ? » sa voix n'a pas vraiment l'intonation d'une question, plutôt d'une affirmation, ou même d'une accusation. Du genre "je vois clair dans ton petit jeu". Il sait que je cherche chose, déjà, c'est pas mal, et peut-être trop. Je le scrute, repensant à la seule personne qui connaît toute l'histoire. Une pauvre humaine toute simple, qui était au lycée avec moi et qui était là au moment où j'avais besoin de me confier. Mais pour elle, j'étais Scarlett. Pas Maddlyn.
Je passe ma main dans ses cheveux, lui adressant un adorable sourire, avant de lui répondre d'un ton neutre. « Va te faire foutre, ça te regarde pas. » Je sais qu'il a horreur que je fasse ça, mais que malheureusement pour lui, ça devient de plus en plus fréquemment mon langage. Mais je suis pas prête de lui dire que dans dix ans, je voudrais vraiment avoir une petite famille avec lui, et qu'on partagerait cette maison avec ma soeur, que j'aurais finit par retrouver, et avec on aurait recommencé une nouvelle vie.
Parce qu'il aurait essayé de me dire d'arrêter de penser à elle, parce qu'elle est surement morte, parce que ça fait trop longtemps que je la chercher, et parce que ça me rend chaque jour un peu plus folle.
Maddlyn et lui, c'est ça. Elle est là du matin au soir, même s'il n'est pas sûr qu'elle reste dans leur chambre toute la journée. Un amour non avoué, douloureux, avec des ruptures qui durent au maximum deux jours, durant lesquels il se fait un sang d'encre et a peur qu'elle aille voir ailleurs. Il revient vers elle, s'en suit une réconciliation sur l'oreiller, des sourires doux, mais pas de mots. Pas trop. Peut-être que c'est ça, leur problème : le dialogue. Ils se sentent obligés de s'agresser l'un et l'autre la plupart du temps, ils se cherchent, mais ce n'est pas un jeu. Ils s'effritent, se brisent et ne se reconstruisent qu'ensemble. Il ferme les yeux sur la folie qui commence à la ronger, parce qu'il n'est pas le seul responsable de cette folie, et ça le tue. Elle est à elle, il le lit dans ses yeux, il le sent quand elle l'embrasse. Mais il y a ce quelque chose de plus, dont elle ne veut pas lui parler, qui les détruits petit à petit et dont il ne peut la sauver tant qu'elle se tait.

S. Maddlyn Witheley
S. Maddlyn Witheley
► MESSAGES : 21
► PETIT AIR DE MUSIQUE : strange kind of woman ♪ DEEP PURPLE
► PSYCHO : trois premières lettres de mon prénom

(M) JAMES FRANCO ▲ all that time wasted Vide
Revenir en haut Aller en bas
 

(M) JAMES FRANCO ▲ all that time wasted

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X GENE :: #2. REGISTRATION :: “ le casting „-